Idées pour un apéritif dînatoire.

Les apéros dînatoires, c’est un peu toute ma vie (jamais dans l’exagération). Je trouve le concept hyper sympa lors d’un repas entre amis. On ne se prend pas trop la tête, on prépare des petits plats simples qui ne nous coincent pas en cuisine toute la soirée et ça permet de pouvoir grignoter tout au long de la soirée ! #grossebouffe.

Il y a quelques semaines, nous avons invité nos anciens colocs dans notre nouvel appart et j’avais très envie de les prendre comme cobayes (oui, j’assume totalement) pour tester quelques recettes rien que pour vous !

On commence sans plus attendre, à noter que toutes les recettes ont été faite pour 4-5 personnes.

Tzatziki


  • 200g de yaourt grec
  • un concombre
  • 2 gousses d’ail
  • du sel et du poivre

Epluchez et râpez le concombre et les gousses d’ail.
Dans un saladier, mettez le yaourt et mélangez avec vos copeaux de concombre et d’ail.
Mettez du sel et du poivre à votre guise.
Mettez au frigo pendant au moins 2 heures.
Vous pouvez le manger sur des blinis, des crackers ou encore, du bon pain frais !

IMG_5361

 

Quiche provençale 


  • Une pâte brisée
  • Deux oeufs
  • 100cl de crème culinaire
  • Un demi poivron vert
  • Quelques tranches de fromages de chèvre
  • 3 petites tomates
  • De l’origan, du sel et du poivre

Etalez la pâte brisée dans un moule, faites quelques petits trous à l’aide d’une fourchette et mettez au four à 180 degré pendant 10 minutes.
Pendant ce temps, mélangez les œufs et la crème puis, salez et poivrez la mixture.
Lavez vos légumes. Coupez votre demi poivron en fines lamelles et vos tomates en rondelles.
Coupez quelques tranches d’une buche de chèvre.
Une fois la pâte précuite, versez le mélange d’œufs et de crème puis disposez les légumes et le chèvre.
Pour finir, saupoudrez le tout d’origan, selon vos goûts.
Enfournez pour une bonne vingtaine de minutes entre 180 à 200 degrés.

IMG_5370

Verrines au pesto – tomates


 

  • 4 petites tomates
  • Du pesto vert à votre guise (j’ai mis les 3/4 d’un pot)
  • 1/2 oignon rouge
  • Une boule de mozzarella
  • Des olives noires dénoyautées pour la décoration

Coupez l’oignon et les tomates en petits morceaux
Dans un mixeur, versez les tomates, l’oignon et le pesto. Mixez jusqu’à obtention d’un mélange sans grumeaux. La texture doit ressembler à celle du gaspacho espagnol.
Dans des verrines (faute de verrines, j’ai utilisé des petits verres), alternez la mixture et des fines tranches de mozzarella. Une fois la verrine remplie, « plantez » une olive noire en guise de décoration.

 

IMG_5374

J’avoue que dans ma tête, le résultat était plus esthétique mais c’était très bon ! 🙂

 

Feuilleté à la dinde et l’emmental


  • Une pâte feuilletée
  • Quelques tranches de dinde
  • 1/4 de paquet d’emmental râpé

Etalez la pâte feuilletée sur un papier sulfurisé.
Mettre vos tranches de dinde et saupoudrez de fromage râpé.
Roulez la pâte de manière très serré jusqu’à obtenir un espèce de « boudin ».
Coupez le rondin en tranches et étalez-les convenablement sur le papier sulfurisé.
Laissez cuire au four à 200 degrés pendant 15 à 20 minutes

IMG_5380

Wraps « à la grecque »


 

  • 6 wraps
  • 3/4 d’un concombre
  • 125 g de feta en bloc
  • Quelques olives noires dénoyautées

Coupez le concombre, la feta et les olives en petits dés.
Sur la moitié d’un wrap, éparpillez les ingrédients.
Roulez le wrap de manière assez serrée afin de tenir tous les aliments.
Coupez le à sa moitié et plantez-y un cure dents.

IMG_5377

Le tour est joué !! 🙂
Je vous avouerais que cette après-midi cuisine n’a pas été de tout repos mais les invités étaient hyper contents de mes plats et ça, ça vaut tout l’or du monde !

N’hésitez pas à me dire en commentaire si ces petites recettes vous tentent 😉 
Et vous, quelles sont vos recettes d’apéro dinatoire ?

Publicités

Dix pour cent.

Je me rends compte que l’on parle rarement des séries françaises sur les blogs et pourtant, il y a de belles surprises ! Comme « Dix pour cent » (vous ne l’aviez pas vu venir, hein, celle-là 😉 ), produite par France Télévisions.

Je ne sais plus où j’ai déniché cette série puisque je ne vis plus en Belgique depuis deux ans… Mais toujours est-il que je l’ai découverte et que j’ai bien été contente ! Parce que oui, « Dix pour cent » parle de ma passion première, le cinéma.

dixpourcent lavienmots

On se retrouve en fait plongé dans la vie quotidienne d’une agence d’acteurs (un métier que je me serais bien vu faire il y a quelques années, d’ailleurs) : les hauts et les bas de la boite, les acteurs et les contrats à gérer, la vie privée des agents. J’ai beaucoup aimé cette série feel good à souhait. J’ai en fait dévoré les deux saisons de six épisodes chacune.

Le gros point fort de cette série pour moi, c’est l’apparition d’acteurs français très connus à chaque épisode, jouant leur propre rôle, avec quelques touches d’autodérision. On y voit, par exemple, François Berléand, Juliette Binoche ou encore, Isabelle Adjani. Ca apporte un peu de fraicheur à la série puisque, comme dit plus haut, il y a un acteur différent à chaque épisode. Et puis, c’est assez comique de se dire que ces big boss du cinéma français ont accepté de jouer le jeu en toute simplicité.

Alors, il est certain que « Dix pour cent » n’est pas la série du siècle mais c’est un bon divertissement. Il y a pas mal d’humour et les personnages sont très crédibles. Les quelques intrigues se tiennent sans se perdre, comme c’est souvent le cas malheureusement dans les séries de nos jours, tous genres confondus. Les créateurs (dont Cédric Klapisch en directeur artistique) ont réussi à trouver la balance entre intrigue, humour, problèmes professionnels et privés

Et je pense qu’elle essaye de rendre la meilleure image possible à ce métier ainsi qu’au milieu du cinéma en général. Sans jouer dans la caricature, elle nous montre que c’est un milieu de passion mais également de requins. Que parfois, la vie professionnelle prend le pas sur la vie privée. Mais que, pour rien au monde, les personnes qui travaillent dans et pour le cinéma, ne changeraient de métier !

En bref, c’est une très belle découverte Made in France, qui change un peu des séries « blockbusters » américaines !

La saison 3 sort début d’année prochaine je pense, ce qui vous laisse encore le temps de découvrir les deux premières saisons d’ici là si ce n’est déjà fait ! 🙂

Connaissez-vous cette série ?

 

 

 

Lisbonne #3 : street art.

Bon, je viens de me rendre compte que je me suis laissée « un peu » aller sur les articles de la série Lisbonne. Ca faisait très exactement depuis le 11 octobre dernier que je n’avais plus écrit sur le sujet… Oups…
Mais je vous reviens en force aujourd’hui avec un sujet qui me tient tout particulièrement à cœur, j’ai nommé : le street art.

Si vous me suivez sur Instagram (n’hésitez pas à me suivre si ce n’est déjà fait) ou si vous avez lu mon article sur Sao Paulo , vous êtes sans savoir que je suis une vraie passionnée de street art !
C’est pourquoi j’avais envie d’y consacrer un article entier. Il faut savoir que Lisbonne est mondialement réputée et connue pour son street art et ses artistes ! Il y en a partout, tout le temps, et évidemment, ça bouge sans cesse ! Ce qui est un gros plus lorsque vous y vivez 🙂

Je voulais donc prendre mon appareil photo et faire ma touriste du dimanche pour vous concocter cet article. Mais, comme dit plus haut, le street art est très répandu ici et je me suis rendue compte que seule, ça risquait d’être compliqué ! Et donc, après quelques recherches, je suis tombée sur LA perle : Lisbon street art tour.

Le concept est simple : vous vous inscrivez sur leur page Facebook en choisissant votre horaire et vous vous laissez guider par des personnes passionnées et expérimentées sur le sujet et Lisbonne en général.
Les visites se font en groupe et en anglais et durent 2h30. Si toutefois l’anglais est un obstacle, vous pouvez réserver un tour semi-privé dans la langue de votre choix (anglais, français, néerlandais).
Concernant le coût, je trouve le concept très honnête et ludique. Il est basé sur le principe de la donation. L’association (qui reverse une partie de ses bénéfices à des associations pour le street art) espère tout de même recevoir entre 10 et 15 euros par tête.

Concernant mon expérience, je suis tombée sur une nana (une belge, en plus) très passionnée et pétillante. Elle prenait le temps de répondre à toutes nos questions, nous laissait le temps de prendre autant de photos qu’on le souhaitait. Du coup, au lieu de durer 2h30 comme prévu, la visite a duré 4 heures !! Ce qui est génial dans un sens mais avec la chaleur qu’il a fait ce jour-là, c’était très compliqué pour survivre (oui, on parle carrément de survie, haha) !
Mis à part la chaleur, j’ai adoré cette visite ! Notre guide connaissait énormément de choses sur l’histoire du street art et des dessins en eux-mêmes. J’ai vraiment senti qu’en dehors des visites guidées, elle passait énormément de temps à se promener à la recherche de nouvelles pépites et se documentait énormément sur les artistes.
De plus, même si je connais Lisbonne (presque) comme ma poche, c’est une toute autre manière de la visiter et je trouve ça super chouette pour les touristes (et pour moi aussi, en fait).

Trêve de bavardages, je vous laisse avec quelques clichés :

Sachez juste  que la visite se fait à pieds et donc, principalement dans le centre ville mais que Lisbonne est remplie de graffitis en tous genres. Si vous êtes vraiment passionnés ou juste curieux, n’hésitez pas à vous éloigner des attractions touristiques et  à vous rendre à Marvilla, Campolide, à vous perdre dans les petites rues qui vous semblent un peu sombres. Et pour les amoureux de vintage et de boutiques conceptuelles, vous pouvez également aller à LX Factory, où vous serez servis (je pense vous écrire un article sur cet endroit).

Si cette visite vous intérèsse, rendez-vous sur leur page Facebook pour réserver !! 🙂

Et vous, que pensez-vous de ce genre de tour ? 
Aimez-vous le street art ? 🙂