Wild.

« Wild », c’est un petit peu LE film dont tout le monde parle cette année. On le compare souvent « Into the wild » de Sean Penn. Amoureuse de ce chef d’oeuvre, je voulais donc me forger ma propre opinion.

Le speechCheryl est une jeune femme perdue qui n’a pas toujours vu la vie en rose. Sa mère est morte jeune, elle vient tout juste de divorcer, son passé relationnel est un peu houleux. C’est pourquoi elle décide de partir seule à la découverte du Pacific Crest Rail, une randonnée de pas moins de 1700 km. C’est en se retrouvant seule parmi la nature que Cheryl se cherchera et marchera vers le chemin de la rédemption. Pour dire adieu à son passé et renaître enfin de ces cendres…

Ce que j’en ai penséIl est certain que lorsqu’on lit le synopsis, que l’on regarde la bande annonce, on voit un lien évident avec le « Into the wild » de Monsieur Penn. Mais à part la thématique de la découverte de soi à travers une marche périlleuse, les deux films n’ont pas grand chose en commun.

Tiré d’une histoire vraie, « Wild » nous apprend comment un être humain (et surtout, une femme, au milieu de la nature, sans aucun entrainement préalable) est capable de se pousser à bout pour se pardonner ses défauts passés. C’est une très belle leçon de vie qui prouve que l’Homme est capable de grandes choses quand la volonté est présente. Cela prouve également que tout être humain, malgré sa nature et ses erreurs, peut changer, évoluer, mûrir et prendre conscience de sa personne, de qui il est et de qui il voudrait être.

Très bien filmé, avec des paysages américains à couper le souffle, « Wild » nous donne tout simplement envie de nous échapper ! Et le pari est réussi durant les 2 heures du film.

Le seul bémol, celui qui a fait que je suis ressortie mitigée de la salle de cinéma, c’est cette comparaison constante à « Into the wild ». Ce n’est qu’un détail, certes, mais à partir du moment où la majorité des journalistes les comparent, on ne peut pas s’empêcher, en tant que spectateur, d’avoir des attentes. Attentes qui ne sont évidemment pas comblées puisque l’angle utilisé par Jean-Marc Vallée (« Wild ») et Sean Penn (« Into the wild ») ne sont pas les mêmes. Les histoires, bien que quelque peu semblables, ne sont pas les mêmes non plus. La qualité, la bande originale, l’émotion,… Toutes ces choses qui font la réussite d’un film, ne sont pas les mêmes n’ont plus ! Et c’est NORMAL. En m’étant trop rattachée à cette image du célèbre film de Sean Penn, je m’attendais à en ressortir totalement bousculée, prête à sortir les Kleenex et les paquets de chips pour 3 jours. Et il n’en est rien. J’aurais peut-être du me détacher totalement de cette comparaison, regarder le film de manière beaucoup plus neutre et objective que cela. J’en aurais été davantage émue, me semble-t-il.

Quoiqu’il en soi, « Wild » reste tout de même un petit bijou du cinéma qui nous donne envie de partir sac au dos, à la découverte du monde mais surtout, à la découverte de soi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s