Blacklist.

Ces temps-ci, je suis bon élève puisque je suis à jour (en parallèle avec les « States », comme on dit) dans toutes mes séries préférées. Et puisque je suis de nature plutôt impatiente, attendre gentiment que le mercredi ou le jeudi n’arrive pour regarder « truc » ou « bidule », ce n’est pas ma came. J’ai besoin d’avoir constamment (ou presque) une série continue à regarder. Jusqu’à ce que je sois de nouveau à jour. Un vrai cercle vicieux.
Bref, il me fallait du sang neuf !
J’avais envie, pour une fois, d’une série qui change par rapport à celles que je suis depuis des années. Les soap opéra girly à souhait, j’adore, vraiment, mais j’aime aussi varier les styles. Et puis, je me suis souvenue de cette série qui, dès sa sortie aux Etats-Unis, m’avait fait de l’œil. Et là, c’est le drame. Dès l’épisode pilote, je suis tombée en amour de cette petite merveille américaine. Laissez-moi donc vous parler de Blacklist !

THE BLACKLIST

NBC’s “The Blacklist,” premiering Monday, September 23 at 10:00 PM ET, stars Megan Boone as Elizabeth ‘Liz’ Keen and James Spader as Raymond ‘Red’ Reddington.

Le speech : Reddington est l’un des criminels les plus recherchés des Etats-Unis. Un jour, il se rend au FBI et propose un marché : il fournit au FBI une « blacklist » de tous les criminels mondialement recherchés et offre son aide pour les coincer. La seule condition, c’est qu’il ne veut traiter qu’avec l’agent Keen, toute nouvelle recrue au sein du FBI.

Ce que j’en pense : Je ne suis qu’à la moitié de la saison 1 (la saison 3 étant en cours de diffusion aux USA) mais je sais que cette série policière est un nouveau tournant dans le genre. Habituellement, je me lasse assez rapidement des séries thriller/polar parce que je trouve ça trop redondant. Mais ici, les personnages et l’intrigue apportent une fraicheur que j’avais rarement trouvée dans les séries du même type.
Déjà, chaque épisode est consacré à un nom de la dite « blacklist ». Ainsi, il y a peu de risque que les enquêtes ne deviennent trop longues et que donc, le spectateur ne se lasse.
Ensuite, derrière le sujet principal (la liste noire, au cas où vous n’auriez pas suivi), le réalisateur s’attarde beaucoup sur la psychologie des deux personnages principaux.
Non seulement, on nous dévoile la vie privée de l’agent Keen (le seul personnage dont on connaît véritablement la vie privée, d’ailleurs) mais en plus, on comprend petit à petit, épisode par épisode, pourquoi il était aussi important pour Reddington que ce soit cette jeune femme qui mène les enquêtes.

Et la cerise sur le gâteau, l’élément clé qui a fait de cette série mon amie pour la vie, c’est le personnage de Reddington ! Tu sais que le gars est un des pires criminels du monde mais tu ne peux pas t’empêcher de l’aimer tant il est cynique. Il arrive à me faire rire aux éclats (après, je l’avoue, je suis vraiment bon public. Genre, vraiment beaucoup) dans des situations des plus atroces. Style, un meurtre ou une prise d’otage. Ca vous donne un aperçu de son sarcasme des plus charmants.

J’espère donc ne pas me lasser au bout de 2 saisons et demi et que le réalisateur et les scénaristes arriveront à maintenir le cap et la dynamique de cette série prometteuse !

 

 

 

Publicités

5 réflexions sur “Blacklist.

  1. Lucie De Waele dit :

    Je suis allée jusqu’à la saison 3 mais je commence vraiment à m’ennuyer devant donc j’ai arrêté pour regarder plein d’autres séries, peut être que je la reprendrais plus tard ou peut être vais-je commencer le spin-off 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s