Belgique, tu me manques.

J’avais envie d’écrire sur ces petits riens qui me manquent là d’où je viens…
Quand on est expatrié ou qu’on part durant un certain temps de son pays, on se rend compte qu’on y est beaucoup plus attaché que ce qu’on ne le pensait… Et on s’acharne à défendre la culture et les valeurs de notre patrie ! Pour moi, c’est un peu un moyen d’être encore à la maison…

Bon, évidemment, je ne vais pas lister ma famille et mes amis dans cet article, tellement il est évident qu’ils sont les Number One Forever dans cette liste (et en général, d’ailleurs). J’adore ma vie à Lisbonne, j’y ai même rencontré mon copain, mais le plus dur ici, c’est de manquer les grands évènements familiaux… C’est de ne pas avoir sa maman près de soi quand on a le blues ou qu’on veut des conseils en cuisine, c’est de ne pas faire de soirées improvisées entre filles à refaire le monde autour d’un (ou plusieurs, hein) verre de vin…
Mais ça, c’est un choix de vie. Et dans tous les choix, il y a des bons et des mauvais côtés.

Non, du coup, j’avais envie d’un article plus « futile » qui me permette une pause nostalgie et pourquoi pas, qui permettrait à des francophones non belges d’en apprendre un peu plus sur mon joli petit pays (parce que oui, la Belgique c’est très joli, na 😉 )! 🙂

  • Les accents : ça peut paraitre tellement ridicule mais je vous jure que quand je rentre au pays, ça me fait un bien fou d’aller à l’épicerie du coin ou au supermarché et d’entendre ce bon vieil accent liégeois (ceci dit, l’accent de mes parents suffit… Je vous aime aussi, si vous passez par là) ! A force d’être majoritairement avec des français, j’ai même perdu un peu de mon accent (sauf quand je m´énerve haha) et me suis trop habituée aux accents français…
    Du coup, quand j’entends des touristes francophones à Lisbonne (on en croise comme on croise des morrues, ici), je ne peux m’empêcher d’analyser leur accent et si jamais je tombe sur un belge, je ne suis que joie et amour !
  • Le vocabulaire et les expressions : pour continuer dans la linguistique, ça aussi c’est quelque chose qui me fait faire la danse de la joie quand je rentre quelques jours !
    Encore une fois, vivant et travaillant avec des français, j’ai dû m’adapter :  dire les chiffres en français (diantre, septante et nonante, c’est tout de même plus facile 😉 ),  dire « torchon » et pas « essuie », « à toute à l’heure » et pas « à tantôt », « je ne pourrais pas venir » et pas « je ne saurais pas venir », et ainsi de suite…
    Ça n’a vraiment pas été facile au début et encore aujourd’hui, certains de mes collègues me regardent avec des yeux d’hurluberlu (expression qui n’a plus été utilisée depuis 1920) quand je parle le vrai belge !
    Je ne vous laisse même pas imaginer comme je me lâche pendant les sessions Skype du dimanche… 🙂
  • Les gaufres de Liège : et plus particulièrement, celles de chez Pollux (Place de la Cathédrale 2, 4000 Liège) ! Les après-midis shopping au centre ville avec une petite gaufre bien chaude fourrée au chocolat ou à la cannelle pour se réchauffer… Ça, c’est très futile, mais ça me manque vraiment !
    Par contre, j’ai découvert le Saint Graal il y a peu à Lisbonne, un petit truck food nommé « Madame Gaufre » qui vend de vraies gaufres de Liège ! Même si ça me réconforte le temps de l’engloutir (oui, l’engloutir, pas la manger), ce n’est quand même pas pareil sans le décor liégeois…
    Attention, les gaufres de Liège ne sont pas à confondre avec celles de Bruxelles, qui sont rectangulaires et se mangent plutôt avec des fraises et de la chantilly !
    gaufres de liege lavienmots
  • Les friteries : c’est très cliché pour une belge de dire que les frites me manquent, je sais… Et pourtant, ce n’est pas ce qu’il manque ici. Les portugais accompagnent très régulièrement leur plat de frites et de riz. Mais même après un an et demi, je me fais toujours la même réflexion ; « c’est quand même meilleur en Belgique », et le mot est faible.
    Du coup, à chacun de mes passages au pays, j’oblige littéralement mes parents à faire un bon vieux repas frites-fricadelles-sauce brazil (là, je suis sûre que j’en ai perdu certains haha)
    Et pour la petite touche d’humour illustrative 100% made in Belgium :
  • Les boulets sauce liégeoise : du moins, ceux de mon beau-père aka les meilleurs du monde entier de l’univers.
    Je sais, certains diront « on dit des boulettes et pas de boulets » mais à Liège, c’est boulets, puntaandelijn.
    Tout comme les frites, c’est un repas obligatoire quand je retourne en Belgique. Je remarque du coup qu’être expatriée a ses bons côté : on voit peu sa famille donc ils veulent nous faire plaisir donc on décide du menu de la semaine. Pas folle la guêpe !#manipulationdegrossebouffe
    boulets liegeois lavienmots
  • Les fêtes folkloriques : je me rends compte qu’on a quand même de la chance en Belgique d’avoir pas mal de festivités gratuites tout au long de l’année et partout dans le pays.
    Par exemple, La nuit des coteaux à Liège, le premier week-end d’octobre où vous verrez le quartier des coteaux illuminé par des centaines de bougies et où vous pourrez manger et boire un verre entre amis.
    nuit des coteaux lavienmots
    Le 15 août en Outremeuse qui est l’évènement le plus attendu de l’année par les fêtards, je pense… Outre les cortèges folkloriques, c’est un grand rassemblement où tout le monde se retrouve pour faire la fête dans les rues, boire du Peket (genièvre – aclool de blé – wallon) et assister à des concerts gratuits.

    15 aout lavienmots

    Le traditionnel cortège du dimanche, avec devant, notre couple de mascottes ; Tchantchès et Nanesse

    peket lavienmots

    Et le fameux Pékèt qu’on boit à toutes les sauces

    Ou encore, les fêtes de wallonie qui ont lieu tous les ans aussi, le troisième week-end de septembre où différentes activités sont prévues dans les plus grosses villes wallonnes. Je crois que les plus réputées sont celles de Namur et de Liège où il y a une multitudes de concerts gratuits avec, bien souvent, de grosses têtes d’affiche.
    Sans oublier, pour ne citer qu’eux, les marchés de Noel (ceux de Lisbonne ne valent vraiment pas ceux de Belgique, de France et d’Allemagne), le Village Gaulois, la Foire de Liège, et tous les festivals musicaux estivaux !

Voilà pour les points essentiels, ces petites choses qui me manquent terriblement au Portugal. Mais comme dit en début d’article, la vie d’expatriée est un choix et aujourd’hui, je ne changerais ma vie pour rien au monde. Je ne dis pas que je ne reviendrais jamais en Belgique, on ne sait pas de quoi demain est fait mais pour l’instant, vivre à Lisbonne est ce qui me convient et me rend heureuse…

Pour terminer dans le thème et faire un peu de publicité (même si la personne ne me connaît pas, ceci dit), je vous conseille de vous abonner à la chaine YouTube « Un français en Belgique ». C’est un jeune étudiant qui est venu étudier chez moi et qui fait des vidéos humoristiques (et pas du tout moqueuses) sur nos habitudes et nos différences avec nos copains les français !

Et vous, expatriés, qu’est-ce qui vous manque le plus chez vous?

Publicités

4 réflexions sur “Belgique, tu me manques.

  1. bibliblogueuse dit :

    Ah comme je te comprends quand tu évoques la nourriture qui te manque ! Moi c’est le fromage qui me manque et le vrai bon pain avec une croûte qui croustille vraiment ! Rien que d’y penser, j’en salive… Comme toi, je ne changerais pour rien au monde ma vie d’expatriée, mais clairement, la gastronomie est un point important, et encore j’ai la chance de vivre dans un pays dont j’aime énormément la cuisine ! 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s