Whiplash.

Je n’avais jamais entendu parler de ce film jusqu’à ce que Monsieur m’en parle en me le décrivant comme étant un chef d’œuvre du 7ème art… Puis, j’ai vu que le réalisateur de « Whiplash » n’était autre que Damien Chazelle, auteur de « La La Land » (que je n’ai pas encore vu. Ne me jugez pas). Je me suis donc dit qu’il fallait que je fasse les choses dans l’ordre et que je vois « Whiplash », datant de 2014, avant de voir sa célèbre comédie musicale…

345974

Le speech Andrew est élève au conservatoire de Manhattan et rêve de devenir un batteur de jazz à succès. Il n’a pas d’ami et consacre l’entièreté de son temps à s’entrainer. Son but, au sein du conservatoire, est de rejoindre l’orchestre de Terence Fletcher, musicien de renommée et professeur tyrannique… Le jour où il intègre sa troupe, sa vie va pourtant bien changer et son rapport à la musique aussi…

Ce que j’en ai penséDans « Whiplash », rien n’est dans l’action, tout est dans le sentiment et la psychologie.  Et pourtant, on se croirait à coups sûrs dans un thriller ou un film d’action tant l’intrigue et la relation aux personnages est intense. Même si le film pourrait paraître lent, on n’en perd pas une miette et on ne décroche jamais, jusqu’à en être épuisé en générique de fin.

On part à la rencontre d’un jeune garçon de 19 ans, des rêves plein la tête, prêt à passer à côté de sa vie pour être reconnu professionnellement. Parfois, j’avais l’impression de me voir à son âge (je me prends pour une vieille alors que je n’ai pas encore 25 ans… Tout va bien). Une vie remplie d’espoirs et d’envies à accomplir, prêt à tous les sacrifices…
Et Damien Chazelle l’exprime fort bien dans son film. C’est très émouvant, je trouve, de voir des jeunes aussi passionnés et dévoués pour leur art.

Mais ce n’est pas la passion, je trouve, qui fait la force de « Whiplash ». Le vrai pilier du film, c’est la relation conflictuelle et à la fois fusionnelle du professeur et de son élève. C’est à rendre le spectateur fou de voir un adulescent comme j’aime les appeler, se laisser rabaisser de la sorte par un tyran despotique tel que Fletcher. Sans jamais baisser les bras, quitte à avoir les mains en sang et en étant aussi admiratif qu’au premier jour… C’est tout le côté thriller que j’évoquais plus haut dans l’article. On ne peut s’empêcher de se demander constamment « Mais jusqu’où ce professeur est-il capable d’aller pour faire sortir le meilleur de ses élèves ? ». C’est beau, c’est tragique, c’est puissant.

Sans parler du jazz, des morceaux choisis et interprétés pour le film, qui lui rendent toute son intensité et sa poésie.
Je ne pense pas qu’être fan ou amateur de jazz soit un prérequis essentiel pour le regarder. Ceux qui n’y connaissent rien (un peu comme moi. Même si c’est un genre que j’aime bien) ou qui préfèrent le rap ou le hip-hop seront, je pense, tout aussi transportés. Parce que justement, les morceaux instrumentaux de jazz amènent l’action et la soulignent parfaitement et je n’aurais pas vu un autre genre musical prendre le pas sur celui-ci dans ce film…

Pour moi, « Whiplash » reste un des films les plus beaux et plus puissants que j’ai vu ces derniers mois. Monsieur avait donc raison, c’est bel et bien un chef d’œuvre !

Avez-vous déjà vu ce film ? Qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

Une réflexion sur “Whiplash.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s