Dix pour cent.

Je me rends compte que l’on parle rarement des séries françaises sur les blogs et pourtant, il y a de belles surprises ! Comme « Dix pour cent » (vous ne l’aviez pas vu venir, hein, celle-là 😉 ), produite par France Télévisions.

Je ne sais plus où j’ai déniché cette série puisque je ne vis plus en Belgique depuis deux ans… Mais toujours est-il que je l’ai découverte et que j’ai bien été contente ! Parce que oui, « Dix pour cent » parle de ma passion première, le cinéma.

dixpourcent lavienmots

On se retrouve en fait plongé dans la vie quotidienne d’une agence d’acteurs (un métier que je me serais bien vu faire il y a quelques années, d’ailleurs) : les hauts et les bas de la boite, les acteurs et les contrats à gérer, la vie privée des agents. J’ai beaucoup aimé cette série feel good à souhait. J’ai en fait dévoré les deux saisons de six épisodes chacune.

Le gros point fort de cette série pour moi, c’est l’apparition d’acteurs français très connus à chaque épisode, jouant leur propre rôle, avec quelques touches d’autodérision. On y voit, par exemple, François Berléand, Juliette Binoche ou encore, Isabelle Adjani. Ca apporte un peu de fraicheur à la série puisque, comme dit plus haut, il y a un acteur différent à chaque épisode. Et puis, c’est assez comique de se dire que ces big boss du cinéma français ont accepté de jouer le jeu en toute simplicité.

Alors, il est certain que « Dix pour cent » n’est pas la série du siècle mais c’est un bon divertissement. Il y a pas mal d’humour et les personnages sont très crédibles. Les quelques intrigues se tiennent sans se perdre, comme c’est souvent le cas malheureusement dans les séries de nos jours, tous genres confondus. Les créateurs (dont Cédric Klapisch en directeur artistique) ont réussi à trouver la balance entre intrigue, humour, problèmes professionnels et privés

Et je pense qu’elle essaye de rendre la meilleure image possible à ce métier ainsi qu’au milieu du cinéma en général. Sans jouer dans la caricature, elle nous montre que c’est un milieu de passion mais également de requins. Que parfois, la vie professionnelle prend le pas sur la vie privée. Mais que, pour rien au monde, les personnes qui travaillent dans et pour le cinéma, ne changeraient de métier !

En bref, c’est une très belle découverte Made in France, qui change un peu des séries « blockbusters » américaines !

La saison 3 sort début d’année prochaine je pense, ce qui vous laisse encore le temps de découvrir les deux premières saisons d’ici là si ce n’est déjà fait ! 🙂

Connaissez-vous cette série ?

 

 

 

Publicités

How to get away with murder.

Cette série, c’est encore une fois mon Bébé breton qui m’en a parlé ! Je la connaissais déjà de nom mais je n’avais jamais sauté le pas… Pourtant, ce n’est pas l’envie qui me manquait puisque la productrice n’est autre que Shonda Rhimes, la créatrice de « Grey’s Anatomy » (une de mes séries préférées de tous les temps, pour rappel ! 😉 ).
Et puis, je me suis enfin lancée et j’ai dévoré les trois premières saisons en moins de deux !

murder lavienmots

Le speech : Annalise Keating est avocate en droit pénal et professeur à l’université de Philadelphie. Charismatique, elle est aussi considérée comme une des meilleures avocates de la défense du pays. A chaque rentrée scolaire, Annalise choisi 4 de ses étudiants afin qu’ils intégrent son cabinet et l’aident à défendre les plus grands criminels des Etats-Unis. Mais cette année sera bien différente puisqu’un meurtre sera commis sur le campus universitaire…

Ce que j’en ai pensé : Je n’ai même pas dû attendre la fin du pilote pour savoir que j’allais adorer cette série ! Elle rassemble tous les meilleurs ingrédients d’une série policière, à mon goût : du suspens, des flash-back, quelques amourettes quand même, un montage efficace, bref, une pépite !

L’histoire est super bien construite et comme je le disais, imbriquée de multiples flash back et flash forward (on voit des éléments du futur, donc) ! Dès le premier épisode, on nous donne des éléments minimes sur la suite des événements et le dénouement de l’enquête, sans pour autant gâcher le suspens parce que, comme vous vous en doutez, le spectateur a faux sur toute la ligne ! Ces flashs dans le passé et le futur nous permettent de mener notre propre enquête et d’être encore plus proches des personnages et je trouve ça génial et bien plus captivant que de regarder des policiers chercher un vilain méchant « bêtement »…

Ce que j’ai beaucoup aimé aussi, ce sont les multiples histoires. Je m’explique : chaque saison a sa grande enquête qui sera sa toile de fond et concernera tous les personnages principaux (à savoir Annalise et ses 4 étudiants surdoués, principalement). Et à côté de cela, chaque épisode contiendra un dossier différent qu’Annalise doit défendre au tribunal. Ce procédé est une bonne astuce pour ne pas lasser le public d’une enquête trop longue. Cela nous permet de voir d’autres choses tout en restant concentré sur le vif du sujet !

Mais « Murder » n’est pas seulement centré sur le droit et les enquêtes liées aux meurtres. On nous en dévoile beaucoup aussi sur la vie privée des personnages (avec des éléments de celle-ci pour certaines enquêtes. Sinon, c’est pas drôle. Je n’en dit pas plus, risque de spoil) et principalement sur celle d’Annalise qui est véritablement torturée de l’intérieur (et elle a de quoi, la pauvre).
Et mon Dieu, Viola Davis qui interprète donc le rôle d’Annalise est formidable ! Elle joue vraiment à la perfection. A la fois sexy et mystérieuse, elle nous transporte dans la vie tourmentée et mouvementée d’Annalise avec brio.

Le seul petit point noir de la série, c’est la saison 2 qui, pour moi, est la plus lente des trois sorties jusqu’à présent. Même si elle est nécessaire pour comprendre certains liens entre les personnages, elle tourne un peu autour du pot et a eu tendance à m’ennuyer quelques fois, mais rien de bien méchant !

Mis à part ce miniscule nuage, cette série est un petit bijou made in Shonda Rhimes et elle me convaint davantage à regarder d’autres création de la showrunneuse la plus connue des USA !

En tout cas, je serai au rendez-vous fin septembre pour la sortie de la saison 4 aux Etats-Unis !

Connaissez-vous « Murder » ? Qu’en pensez-vous ?

Bates Motel.

Voilà quelques semaines maintenant que Monsieur et moi avons fini cette série de cinq saisons (série terminée). Comme je vous l’expliquais dans mon Tag « Une série, une émotion », j’avais beaucoup d’attente par rapport à ce show puisqu’il s’agit en fait du prequel du film « Psychose » d’Alfred Hitchcock, qui est un mes films préférés !

Pour celles et ceux qui n’auraient aucune idée de ce qu’est « Psychose » (je vous pardonne presque, il date des années 60), voici l’extrait le plus connu :

« Bates Motel » a été créé en 2013 par Anthony Cipriano et raconte l’enfance de Norman Bates, fils de Norma qui détient le (attention suspens)… Bates Motel.
Norman et sa maman sont venus vivre dans le manoir au dessus du motel suite à la mort de son père. Ils entretiennent tous les deux une relation très fusionnelle. Tellement fusionnelle qu’ils sont prêts à tout pour se protéger l’un l’autre, même des choses les plus horribles et difficiles à cacher…

bates motel lavienmots

Je n’ai pas trop envie de dévoiler le contenu de la série, surtout pour ceux qui ne connaissent peut-être pas le film dont elle est inspirée. Et pour ceux qui connaissent le chef d’oeuvre d’Hitchcock, j’ai envie que vous découvriez la série telle que moi je l’ai découverte. Je parlerais donc plus de la « technique » et de mes premiers ressentis, que voici…

Je dois avouer qu’au début, c’était mal parti pour que j’accroche. La série commence vraiment très lentement, on a un peu du mal à comprendre où le réalisateur veut en venir (surtout si on connait le film) et l’intrigue a un peu de mal à se mettre en place.
Le plus difficile à supporter pour moi fût le non respect de l’époque puisque l’action se joue dans notre société actuelle. Sachant qu’elle est censée raconter l’adolescence d’un homme adulte des années 1960, ça n’avait pas grand sens à mon goût !

Et puis, au bout de 5 épisodes je dirais, je me suis laissée emporter par l’intrigue et j’en ai complètement oublié le film.
Je pense donc que pour les fans de « Psychose », il faut vraiment réussir à se détacher du film afin de pouvoir rentrer dans l’histoire de la série…

Ceci dit, une fois que j’ai été submergée dans cet univers, il m’a été impossible de m’en défaire ! Toute l’intrigue est dans la subtilité et le jeu des acteurs…
Je sais que j’en parle souvent sur le blog mais ici, Vera Farmiga aka Norma et Freddie Highmore aka Norman  (aka aussi Arthur dans Arthur et les Minimoys et Charlie dans Charlie et la chocolaterie… Et ouais!) sont juste époustouflants… Il n’y pas eu un épisode où je ne me suis pas exastiée devant leur jeu. Ils sont justes, ils sont dans la retenue et un seul de leur regard suffit à nous rendre mal à l’aise ou en colère.

Plus haut, je vous disais que ce qui m’avait beaucoup perturbé au début, c’était l’espace temps qui n’était pas respecté. Ceci dit, les créateurs ont réussi à donner un côté vintage à la série qui peut, par moment, nous plonger dans une époque antiérieure.
Déjà, les décors sont presque reconstruits à la perfection. Le motel, le manoir et leur aménagement sont comme dans le film. La voiture de Norma est une vieille américaine des années 60 (je dirais hein, après je ne suis pas une experte. Mais bref, c’est une auto rétro). Le style vestimentaire de Norma ainsi que sa coiffure sont très similaires à ceux des années 60 aussi (voire même avant). Et enfin, la musique est également très sixties !
Elle permet qui plus est de créer un beau contraste voire un écart avec l’intrigue, ce qui va permettre, je trouve, d’intensifier l’action (j’espère que vous me suivez toujours, je m’emballe 😉 ).

Les scénaristes n’ont pas hésité non plus à faire plusieurs clins d’oeil au film et à prendre des risques par rapport à certaines scènes similaires et c’est aussi cela que j’ai adoré ! Plutôt que de faire un simple copier-coller, la prise de risque est vraiment réussie et surprend le spectateur !

J’ai été plus que positivitement surprise en regardant « Bates Motel ». Moi qui avais beaucoup d’a priori, j’ai été transportée dans cet univers. Que vous ayez vu ou non « Psychose », je vous la conseille vivement, ne serait-ce que pour le jeu des acteurs qui est pour moi l’atout majeur de cette série.
Et un petit conseil pour les fans du film : regardez le après avoir fini la série, c’est ce que nous avons fait. Non seulement, vous serez encore plus admiratif du jeu de Freddie Highmore quand vous verrez celui d’Anthony Perkins et qui plus est, vous pourrez voir tous les clins d’oeil fait au film et comparer un peu les deux ambiances avec presque 60 ans d’écart 🙂

Avez-vous regardez cette série ? Qu’en avez–vous pensé ?