Nazaré.

Il y a peu, on a décidé de s’offrir un week-end en amoureux dans la jolie petite ville de Nazaré, à environ 1h30 au nord de Lisbonne.
Cette ville est particulièrement connue par les surfers (elle détient d’ailleurs le record du monde de la plus grosse vague).
Nous avions juste envie de nous détendre, de profiter du beau temps qui arrive sur le Portugal et pour ma part, de visiter un nouvel endroit de mon pays d’adoption !

Nous avons logé dans l’hôtel Miramar Sul – 4 étoiles (rien que ça, ouais ! On avait envie de se faire plaisir) qui est situé sur les hauteurs de la ville. Une voiture est donc nécessaire si vous vous rendez dans cet établissement.
L’hôtel est vraiment sublime et vous offre une vue magnifique sur l’océan ! C’est sûrement parce que nous sommes encore hors saison, mais nous avons eu une chambre avec petit-déjeuner pour 67€. Et quand je parle de chambre, on aurait plutôt dit une suite avec son petit salon et son immense balcon vue piscine et mer !
Si l’endroit vous tente, c’est par ici que ça se passe : http://www.miramarnazarehotels.com/

Concernant notre visite, on n’avait pas vraiment prévu de programme. On s’est juste laissé porter par les petites ruelles, les plages et notre faim (surtout notre faim, haha).

On a notamment été se promener sur la Praia Nazaré, qui est la plage principale où tout le monde va se baigner, sur la Praia Norte et ses différents points de vue. Celle-ci est le rendez-vous des surfers. Malheureusement pour nous, ce week-end là, les vagues n’étaient pas très en forme. Elles étaient assez grosses mais pas de quoi affoler la Terre entière. Quand vous pensez que des fois, elles dépassent les 17 mètres !!

Comme je vous l’ai dit en début d’article, ce week-end était prévu pour se détendre et se retrouver un peu (et fêter notre premier anniversaire, un mois après #cucul), nous n’avons donc pas fait grand chose (même si on a marché énormément, je pense) et je préfère donc vous laisser avec quelques clichés plutôt que de parler pour ne rien dire (ma spécialité haha) :

IMG_4898

Praia Nazaré

IMG_4920

IMG_4953IMG_4958IMG_4960

IMG_4963

Praia Norte

IMG_4975

Avez-vous déjà été à Nazaré ?

Belgique, tu me manques.

(et en J’avais envie d’écrire sur ces petits riens qui me manquent là d’où je viens…
Quand on est expatrié ou qu’on part durant un certain temps de son pays, on se rend compte qu’on y est beaucoup plus attaché que ce qu’on ne le pensait… Et on s’acharne à défendre la culture et les valeurs de notre patrie ! Pour moi, c’est un peu un moyen d’être encore à la maison…

Bon, évidemment, je ne vais pas lister ma famille et mes amis dans cet article, tellement il est évident qu’ils sont les Number One Forever dans cette liste (et en général, d’ailleurs). J’adore ma vie à Lisbonne, j’y ai même rencontré mon copain, mais le plus dur ici, c’est de manquer les grands évènements familiaux… C’est de ne pas avoir sa maman près de soi quand on a le blues ou qu’on veut des conseils en cuisine, c’est de ne pas faire de soirées improvisées entre filles à refaire le monde autour d’un (ou plusieurs, hein) verre de vin…
Mais ça, c’est un choix de vie. Et dans tous les choix, il y a des bons et des mauvais côtés.

Non, du coup, j’avais envie d’un article plus « futile » qui me permette une pause nostalgie et pourquoi pas, qui permettrait à des francophones non belges d’en apprendre un peu plus sur mon joli petit pays (parce que oui, la Belgique c’est très joli, na 😉 )! 🙂

  • Les accents : ça peut paraitre tellement ridicule mais je vous jure que quand je rentre au pays, ça me fait un bien fou d’aller à l’épicerie du coin ou au supermarché et d’entendre ce bon vieil accent liégeois (ceci dit, l’accent de mes parents suffit… Je vous aime aussi, si vous passez par là) ! A force d’être majoritairement avec des français, j’ai même perdu un peu de mon accent (sauf quand je m´énerve haha) et me suis trop habituée aux accents français…
    Du coup, quand j’entends des touristes francophones à Lisbonne (on en croise comme on croise des morrues, ici), je ne peux m’empêcher d’analyser leur accent et si jamais je tombe sur un belge, je ne suis que joie et amour !
  • Le vocabulaire et les expressions : pour continuer dans la linguistique, ça aussi c’est quelque chose qui me fait faire la danse de la joie quand je rentre quelques jours !
    Encore une fois, vivant et travaillant avec des français, j’ai dû m’adapter :  dire les chiffres en français (diantre, septante et nonante, c’est tout de même plus facile 😉 ),  dire « torchon » et pas « essuie », « à toute à l’heure » et pas « à tantôt », « je ne pourrais pas venir » et pas « je ne saurais pas venir », et ainsi de suite…
    Ça n’a vraiment pas été facile au début et encore aujourd’hui, certains de mes collègues me regardent avec des yeux d’hurluberlu (expression qui n’a plus été utilisée depuis 1920) quand je parle le vrai belge !
    Je ne vous laisse même pas imaginer comme je me lâche pendant les sessions Skype du dimanche… 🙂
  • Les gaufres de Liège : et plus particulièrement, celles de chez Pollux (Place de la Cathédrale 2, 4000 Liège) ! Les après-midis shopping au centre ville avec une petite gaufre bien chaude fourrée au chocolat ou à la cannelle pour se réchauffer… Ça, c’est très futile, mais ça me manque vraiment !
    Par contre, j’ai découvert le Saint Graal il y a peu à Lisbonne, un petit truck food nommé « Madame Gaufre » qui vend de vraies gaufres de Liège ! Même si ça me réconforte le temps de l’engloutir (oui, l’engloutir, pas la manger), ce n’est quand même pas pareil sans le décor liégeois…
    Attention, les gaufres de Liège ne sont pas à confondre avec celles de Bruxelles, qui sont rectangulaires et se mangent plutôt avec des fraises et de la chantilly !
    gaufres de liege lavienmots
  • Les friteries : c’est très cliché pour une belge de dire que les frites me manquent, je sais… Et pourtant, ce n’est pas ce qu’il manque ici. Les portugais accompagnent très régulièrement leur plat de frites et de riz. Mais même après un an et demi, je me fais toujours la même réflexion ; « c’est quand même meilleur en Belgique », et le mot est faible.
    Du coup, à chacun de mes passages au pays, j’oblige littéralement mes parents à faire un bon vieux repas frites-fricadelles-sauce brazil (là, je suis sûre que j’en ai perdu certains haha)
    Et pour la petite touche d’humour illustrative 100% made in Belgium :
  • Les boulets sauce liégeoise : du moins, ceux de mon beau-père aka les meilleurs du monde entier de l’univers.
    Je sais, certains diront « on dit des boulettes et pas de boulets » mais à Liège, c’est boulets, puntaandelijn.
    Tout comme les frites, c’est un repas obligatoire quand je retourne en Belgique. Je remarque du coup qu’être expatriée a ses bons côté : on voit peu sa famille donc ils veulent nous faire plaisir donc on décide du menu de la semaine. Pas folle la guêpe !#manipulationdegrossebouffe
    boulets liegeois lavienmots
  • Les fêtes folkloriques : je me rends compte qu’on a quand même de la chance en Belgique d’avoir pas mal de festivités gratuites tout au long de l’année et partout dans le pays.
    Par exemple, La nuit des coteaux à Liège, le premier week-end d’octobre où vous verrez le quartier des coteaux illuminé par des centaines de bougies et où vous pourrez manger et boire un verre entre amis.
    nuit des coteaux lavienmots
    Le 15 août en Outremeuse qui est l’évènement le plus attendu de l’année par les fêtards, je pense… Outre les cortèges folkloriques, c’est un grand rassemblement où tout le monde se retrouve pour faire la fête dans les rues, boire du Peket (genièvre – aclool de blé – wallon) et assister à des concerts gratuits.

    15 aout lavienmots

    Le traditionnel cortège du dimanche, avec devant, notre couple de mascottes ; Tchantchès et Nanesse

    peket lavienmots

    Et le fameux Pékèt qu’on boit à toutes les sauces

    Ou encore, les fêtes de wallonie qui ont lieu tous les ans aussi, le troisième week-end de septembre où différentes activités sont prévues dans les plus grosses villes wallonnes. Je crois que les plus réputées sont celles de Namur et de Liège où il y a une multitudes de concerts gratuits avec, bien souvent, de grosses têtes d’affiche.
    Sans oublier, pour ne citer qu’eux, les marchés de Noel (ceux de Lisbonne ne valent vraiment pas ceux de Belgique, de France et d’Allemagne), le Village Gaulois, la Foire de Liège, et tous les festivals musicaux estivaux !

Voilà pour les points essentiels, ces petites choses qui me manquent terriblement au Portugal. Mais comme dit en début d’article, la vie d’expatriée est un choix et aujourd’hui, je ne changerais ma vie pour rien au monde. Je ne dis pas que je ne reviendrais jamais en Belgique, on ne sait pas de quoi demain est fait mais pour l’instant, vivre à Lisbonne est ce qui me convient et me rend heureuse…

Pour terminer dans le thème et faire un peu de publicité (même si la personne ne me connaît pas, ceci dit), je vous conseille de vous abonner à la chaine YouTube « Un français en Belgique ». C’est un jeune étudiant qui est venu étudier chez moi et qui fait des vidéos humoristiques (et pas du tout moqueuses) sur nos habitudes et nos différences avec nos copains les français !

Et vous, expatriés, qu’est-ce qui vous manque le plus chez vous?

Brésil #3 : les plages.

On se retrouve pour le dernier article consacré à mon voyage au Brésil.
J’avais envie d’en écrire un uniquement sur les diverses plages que j’ai eu l’occasion de voir parce que pour moi, qui dit Brésil, dit automatiquement plage !

Vivant au Portugal depuis 1 an et demi, de belles plages, je peux dire que j’en ai vu quelques unes mais elles ne sont en aucun point comparables à celles du Brésil qui sont tout simplement magiques et exotiques ! Je dois vous avouer que je ne suis pas le genre de nana à rester couchée comme un cachalot échoué toute la journée sur le sable… C’est qu’il m’est très difficile de ne pas être en mouvement constant et que ma peau de rousse/blonde (alors que je suis châtain de nature, allez comprendre) ne m’y autorise pas vraiment non plus…
Mais durant ce voyage, impossible de ne pas savourer ces instants de purs bonheurs…

Toutes les plages que j’ai vue se situent entre les états de Sao Paulo et de Rio. Le pays est tellement grand qu’en même temps, pour le visiter en entier il faudrait une vie !
Petit détour vers les tropiques… 🙂

  • Arraial do Cabo
    Cette ville est située dans l’état de Rio, à 165km de la ville de Rio. La ville en soi n’a rien d’extraordinaire. Ce n’est pas très propre, c’est bondé de touristes et de magasins inutiles. Mais, c’est là que vous pourrez réserver une journée entière d’excursion sur un bateau pour aller voir les différentes îles avoisinantes. Alors, la concurrence est très rude, vous aurez donc un large choix de bateaux, à différents prix.
    Nous, nous avons choisi « Piratas do Caribe II », pour 190BRl (56 euros) comprenant l’aller retour depuis Rio de Janeiro, l’excursion et un repas en fin de journée dans un restaurant buffet. Sincèrement, si je devais y retourner, je choisirais une autre entreprise pour une simple et bonne raison : ce truc était un bateau boite de nuit (boite de nuit de très mauvais goût, qui plus est) ! Impossible de profiter pleinement de la nature qui nous entourait. Je ne veux pas faire ma rabat-joie, un peu de musique c’est toujours sympa dans ces moment là mais de là à réveiller tout l’océan… Merci mais non merci !
    Outre ce point négatif, l’excursion en vaut vraiment le détour ! On s’est arrêté sur une plage pour profiter un peu (ok, c’était bondé mais sympa quand même), on s’est arrêté en plein milieu de nulle part pour plonger dans l’eau (comme dans les films, oui, oui) et j’ai vu des dauphins pour la première fois de ma vie et ça, ça n’a pas prix !
    20170303_140638IMG_4805IMG_4818IMG_4820
  • Praia de Prumirim

    Direction maintenant la ville de Ubatuba, à 230KM de Sao Paulo. Là, vous y trouverez de nombreuses plages dont celle de Prumirim. Nous avons également été voir deux autres petites plages mais je préfère vous montrer celle-ci parce que c’est la préférée de mon amie brésilienne et qu’elle m’a beaucoup plu aussi !

    Nous y avons passé une bonne demi journée et j’ai adoré ce moment de détente entre sable, océan et Caipirinha (oups…).
    Vous y trouverez quelques bars de plage situés à l’ombre (nickel pour ma peau, donc) où vous pourrez manger et boire (de l’eau de coco, yummy yummy !). Même si le Brésil reste bon marché pour nous, les prix sont tout de même un peu plus élevés qu’en général… Mais bon, ma foi, manger des crevettes au bord de l’océan n’a pas de prix… 🙂

    20170305_11241520170305_114124

    • Ilhabela

      Les trois derniers jours de mon séjour (dont une grosse après-midi de trajet, en fait), je me suis rendue toute seule (comme une grande fille) sur Ilhabela (traduisez l’île belle). Pour s’y rendre, il vous suffit de prendre le ferry gratuit depuis Sao Sebastiao, à un peu moins de 200KM de Sao Paulo.

      Le premier jour, je suis partie à la découverte des quelques plages situées près de mon hôtel. Je n’en ai vu que deux parce que je devais tout faire à pieds et que les routes sont assez dangereuses pour les « randonneurs ».

      La première est la Praia Curral qui est la plus connue et touristique du coin. Comme à Prumurim, vous trouverez de nombreux bars et autres restaurants. Je n’y suis restée que quelques instants car seule, j’avais peur de laisser mes affaires si je voulais aller me baigner.

      20170306_110701IMG_4858IMG_4861
      A 500 mètres de Curral se trouve la Praia Velhoso. Un gros coup de cœur ! Non pas pour la beauté de la plage mais parce que j’étais littéralement seule au monde…
      De quoi me ressourcer (enfin, admirer le paysage quoi) et me baigner sans crainte qu’on ne me vole mes affaires ! Je ne sais pas si vous avez déjà eu l’occasion de vous retrouver seul(e)s sur une plage mais c’est un kiff extrême (j’en perds mon langage littéraire carrément !)

      IMG_4865IMG_4869

      C’est maintenant que je vous présente mon VRAI coup de cœur, Praia Castelhanos !
      J’ai eu la chance de partir une journée entière en Jeep avec quelques autres touristes pour aller voir cet endroit magique ! Déjà rien que de monter dans une Jeep telle une Ranger, ça avait fait ma journée. Nous avons traversé une forêt tropicale hyper bien préservée et superbe, on se serait cru dans la jungle ! Toute cette petite randonnée, c’était pour arriver sur cette plage immense.

      Encore une fois, beaucoup de bars et restaurants (décidemment ces brésiliens aiment boire, dirait-on) mais ça n’est rien à côté de la beauté de cette plage et de son petit secret (soyez patients !)…

      IMG_4884IMG_4891IMG_4894
      L’originalité de cette plage se trouve en fait en son sommet. Il vous suffit de grimper une petite colline (enfin, « suffit », faut la grimper quoi) et de l’observer du dessus et là, la magie opère et vous vous dites que la nature fait tout même bien les choses

      IMG_4887
      La plage et l’océan forment un cœur et ce n’est pas l’œuvre de l’être humain (pour une fois). C’est juste saisissant à voir en vrai…

    • Copacabana
      Impossible de parler de plages brésiliennes sans évoquer la mythique Copacabana. Je me devais de vous en parler même si tout le monde la connaît.

      Alors sincèrement (ne me grondez pas), je ne l’ai pas trouvée exceptionnelle. J’étais juste hyper en joie de me dire que mes petits petons (un 41 quand même, hum) de belge avait touché le sable de Copacabana ! Mis à part ce fait, tout est industrialisé : marchands de colliers, de fruits frais, grands palaces et boulevard. Le gros plus, ce sont les vagues qui sont énormes (comment s’enfoncer dans le sable en deux secondes. #vismavie) et la vue sur le Pao de Açucar…
      20170301_172351

Ma série d’articles brésiliens est (déjà) finie ! La grosse conclusion de ces trois articles qui lui ont été consacré est : si vous avez l’opportunité d’aller là-bas, foncez ! Vous apprendez énormément de choses, verrez des paysages inoubliables et mangerez comme des rois !